L'Histoire par l'autre bout de la lorgnette

Nouveauté

En ce printemps 1920, Châteauneuf-le-Vieux s’apprête à ériger un monument en l’honneur des villageois morts à la guerre 1914-1918. Mais le choix de la statue ne fait pas l’unanimité parmi les habitants, car elle doit représenter le général Mangivelle, bien connu pour ses tactiques militaires qui ont envoyé des milliers de soldats au massacre. Jacquot, un gamin du village, a 11 ans ce printemps-là. Son père, qui a servi sous les ordres du général, n’est jamais revenu du front. Alors cette statue, qui célèbrera un des « bouchers » de la Grande Guerre, n’est pas à son goût non plus. Et il entend bien tout faire pour contrarier le projet du maire.

176 pages - 20 illustrations - 12,50 €

Illustrations : Morisse Fred

Nouveauté

À la fin du mois d’octobre 1870, les Parisiens, assiégés depuis un mois par les armées allemandes, apprennent avec enthousiasme une surprenante nouvelle : quelques jours plus tôt, la petite ville de Châteaudun a opposé une résistance acharnée à de puissantes troupes prussiennes.
Des gardes nationaux, des francs-tireurs, des pompiers et des habitants ont lutté toute une journée, à un contre dix, faisant des centaines de victimes parmi les assaillants, avant de céder devant leur nombre et leurs canons, laissant alors la cité beauceronne livrée aux terribles représailles de l’ennemi.
C’est cette page de l’Histoire, ce moment de bravoure et de résistance collectives, que nous narre Édouard Ledeuil, l’un des acteurs de la bataille, l’un des francs-tireurs de Paris-Châteaudun.


160 pages - 18 Illustrations, 6 photographies, 2 plan de la ville- 12 €


 Le bas du pavé

Au Moyen Âge, l’expression « tenir le haut du pavé » résumait à elle seule le degré des inégalités sociales.

Les rues des villes qui étaient pavées, et dépourvues de trottoir, avaient une forme concave, afin qu’en leur milieu les eaux usées et les ordures puissent s’écouler. Il était donc préférable de marcher en leur partie haute, près des habitations. Mais, lorsqu’une femme ou un homme du peuple croisaient un noble, un membre de la « haute société », ils laissaient le passage propre et sec, le haut du pavé, au « grand homme » et marchaient dans l’égout à ciel ouvert. Ainsi en allait-il des convenances.           Et depuis, c’est toujours de ce fameux « haut du pavé »que l’Histoire a été racontée et écrite.            

Les éditions Le bas du pavé proposent un autre point de vue, celui des « gens de peu », des humbles, des anonymes, s'’inspirant de la citation d’Howard Zinn : « Tant que les lapins n’auront pas d’historiens, l’Histoire sera racontée par les chasseurs »...  Le point de vue des femmes et des hommes auxquels étaient réservés le bas du pavé... 

A travers sa collection « Hors sentiers », Le bas du pavé réédite également des textes anciens en lien avec l'Histoire locale, toujours indispensables pour comprendre le présent et l'évolution d'une ville, d'une région.