L'Histoire par l'autre bout de la lorgnette


 Le bas du pavé

Au Moyen Âge, l’expression « tenir le haut du pavé » résumait à elle seule le degré des inégalités sociales.

Les rues des villes qui étaient pavées, et dépourvues de trottoir, avaient une forme concave, afin qu’en leur milieu les eaux usées et les ordures puissent s’écouler. Il était donc préférable de marcher en leur partie haute, près des habitations. Mais, lorsqu’une femme ou un homme du peuple croisaient un noble, un membre de la haute société, ils laissaient le passage propre et sec, le haut du pavé, au « grand homme » et marchaient dans l’égout à ciel ouvert. Ainsi en allait-il des convenances.                      

Et depuis, c’est toujours de ce fameux « haut du pavé que l’Histoire a été racontée et écrite.            

Les éditions Le bas du pavé proposent un autre point de vue, celui des caniveaux, de la fange et des eaux sales, des cloaques d’où montent les légitimes colères, pour raconter l’Histoire, et surtout les histoires des « gens de peu », des humbles, des anonymes, des non possédants, ceux « qui n’ont pas, qui n’ont rien – les gens de rien » (H. Guillemin). S’inspirant de la citation d’Howard Zinn : « Tant que les lapins n’auront pas d’historiens, l’Histoire sera racontée par les chasseurs », les éditions Le bas du pavé invite les « lapines » et les « lapins » à prendre la plume pour narrer l’Histoire, d’ici et d’ailleurs, des paysans, des ouvriers, des exploités, des va-nu-pieds, des exilés, des croquants, des déclassés, des résistants, des utopistes, plutôt que celle des têtes couronnées, des princes et des comtesses, dont on ne cesse de nous farcir le crâne depuis notre plus jeune âge. Ceux-ci ont leurs historiens, leurs thuriféraires, gratte-papier cireurs de souliers.

Le bas du pavé édite des auteurs contemporains, dont les textes s’adressent aux enfants et aux adultes à têtes chenues, chauves ou ébouriffées, et réédite également des textes anciens qui témoignent de l’Histoire et des luttes sociales, afin d’entretenir la mémoire… celle des femmes et des hommes auxquels était réservé le bas du pavé.